Chapitre 2 : Ma première hospitalisation et mon rendez-vous neurologue externe

22 Oct 2019

Ce qu’il se passait, alors que je venais d’arriver au Centre Hospitalier Alpes Léman, c’est que je titubais, non pas que j’étais ivre, mais parce que j’avais des pertes d’équilibre. Placé dans une chambre double en Neurologie au 2ème étage, j’ai eu le droit de rencontrer plusieurs médecins et spécialistes (neurologues), mais aussi infirmières et aides soignantes.

On m’a posé un cathéter que j’ai eu dû mal à supporter. À ce moment là je fumais encore. Mais pour les médecins, hors de question que je quitte l’étage seul dans cet état. Je devais attendre d’avoir une visite pour aller faire une promenade à l’air libre. Que les journées étaient longues…

Les premiers jours furent éprouvants. Tests de marche, urinaires, des prises de sang à 5h15 (petit déjeuner plus tard vers 7h15/7h30). Je ne pouvais me déplacer seul. J’enchaînais scanner, IRM et ponction lombaire, qui a été très douloureuse pour moi car je ne suis pas très épais et ils ont dû s’y reprendre à deux fois pour y arriver.

Quelques jours passèrent, on me dit qu’on allait me faire des “bolus” (1 par jour pendant 3 jours). Je demandais donc ce qu’était un “bolus » : il s’agit d’une perfusion d’une grande dose de “Solumedrol” que l’on injecte dans le sang durant 1h30/2h. Sauf que cela est chargé en saccharose (sucre), entraînant des difficultés à trouver le sommeil. On me proposait alors un petit cachet pour m’aider à dormir, que je refusais à chaque fois.

Durée du séjour à cet hôpital : une semaine et demie. A la fin de cette hospitalisation je rencontrai de nouveau ma neurologue (que j’ai vue presque tous les jours lors de mon séjour au CHAL). Elle me donna deux possibilités de diagnostic : une Sclérose En Plaques (SEP) ou une Encéphalomyélite aigüe. Je savais que la matière SVT (Sciences de la Vie et de la Terre) à l’école pouvait me servir dans la vie de tous les jours, j’aurais dû plus écouter ! (Ricanements). Je ressortis donc de l’hôpital avec un arrêt d’une semaine et demie (le maximum pour moi) et une ordonnance pour passer un scanner en externe et 2 Imageries par Résonance Magnétique (IRM) médullaire et cérébrale. Je me fis raccompagner à mon domicile par ma belle-sœur. J’avoue n’avoir rien vu de la route. J’étais plongé dans les bras de Morphée durant le trajet.

Bilan de ce petit séjour : des paralysies sur tout le côté gauche de mon corps (de la tête au pied); fatigue physique et morale, troubles de la vue, pas de diagnostic certain ni de traitement pour le moment. Mais les médecins s’orientaient plutôt pour une SEP.

Après avoir réalisé tous les examens que ma neurologue m’avait demandés, je retournai en consultation externe en Juin 2017. Je ne vous raconte pas dans quel état psychologique j’étais ! Qu’allait-t-elle me dire ? Comment allais-je être mangé? Bon, c’est à ce moment là que l’on prend son courage à deux mains et hop on y va !

On commença par de petits examens de routine, puis elle regarda les résultats du scanner et des IRM. Arriva le temps des explications. Je me suis dit : « Tiens, ça tombe bien, j’avais envie de devenir Neurologue ce matin ». En fait je ne comprenais pas encore ce qu’il m’arrivait ! Je suis reparti avec beaucoup d’informations dans la tête, des petits cadeaux pour faire des injections et plein de lectures…

Revenu à la maison, tout circulait dans ma tête, plein de choses me revenaient, je commençais à comprendre ce qu’il m’arrivait…

La suite au prochain chapitre…

© Ludovic CLAVAUD 2018